Présentation du projet

Les âges extrêmes de la vie, et notablement le grand âge, sont communément perçus comme des moments durant lesquels les individus sont fortement vulnérables, c’est-à-dire exposés à des risques, incertitudes et dangers face auxquels ils sont fragiles et démunis. Souvent associé à un accroissement de la dépendance physique et mentale, le vieillissement est aussi fréquemment pensé comme un processus susceptible de marginaliser, voire d’exclure dans des contextes souvent marqués par l’« âgisme », à savoir des attitudes de dépréciation et d’inattention à l’encontre des plus âgés. Des travaux récents tendent d’ailleurs à montrer que l’âgisme est plus prononcé aujourd’hui qu’au début du XIXe siècle (Ng R., Allore H. G., Trentalange M., Monin J. K., Levy, B. R., 2015).


On peut donc considérer que la vulnérabilité des personnes âgées est rarement due à une caractéristique intrinsèque (Bourdelais P., 1993) : c’est pourquoi le projet VINTEX consiste à questionner ces représentations, en s’intéressant au vécu des individus et en se demandant dans quelle mesure le concept de vulnérabilité, dont l’usage s’est imposé dans le discours scientifique et public (Brodiez A., 2016), permet de saisir les expériences sociales et intimes de la vieillesse. L’étude du quotidien et des pratiques in situ des personnes âgées assistées ou dépendantes permet-elle de dépasser la dimension disqualifiante et naturalisante des catégories classificatoires héritées des politiques publiques ?

L’objectif est aussi de mettre en évidence les relations que cette population entretient avec le reste de la société et de poser la question de son intégration sociale, économique et politique. En considérant que la vulnérabilité est à la fois relationnelle, contextuelle et réversible (Soulet M.-H., 2014), le projet VINTEX entend explorer, grâce à une analyse micro menée sur le temps long, la question des ressources matérielles et symboliques dont disposent les personnes âgées. Ces partis-pris, mais aussi la dimension pluridisciplinaire internationale du projet, offrent les moyens de renouveler les regards et d’enrichir les connaissances sur la genèse des représentations et des catégories associées à la vieillesse et à la vulnérabilité.

L’équipe réunit 15 sociologues et historiens (France, Belgique, Québec, Luxembourg, Suisse) qui ont fait de la vieillesse l’un de leurs principaux objets d’étude et souhaitent construire un réseau pour approfondir, enrichir et élargir le champ de leurs recherches. Claire Barillé, MCF, Histoire contemporaine, IRHiS – Université de Lille SHS

Fanny Le Bonhomme, MCF, Histoire contemporaine, CRIHAM – Université de Poitiers

Vincent Caradec, PR, Sociologie, CeRIES – Université de Lille SHS

Michel Castra, PR, Sociologue, CeRIES – Université de Lille SHS

Christophe Capuano, MCF, Histoire contemporaine , LARHRA – Université Lumière Lyon 2

Aline Chamahian, MCF, Sociologie, CeRIES – Université de Lille SHS

Cécile Charlap, ATER, Sociologie, CeRIES – Université de Lille SHS

Marie Derrien, MCF, Histoire contemporaine, IRHiS – Université de Lille SHS

Sandra Harrisson, Professeure, Histoire contemporaine et sciences infirmières, Université d’Ottawa

Oumaya Hidri-Neys, PR, Sociologie, URePSSS – Université d’Artois

Benoît Majerus, Professeur, Histoire contemporaine, CD2H – Université du Luxembourg

Iris Loffeier, Adjointe scientifique, Sociologie, Haute école de santé Vaud, Haute école spécialisée de Suisse occidentale

Ségolène Petite, MCF, Sociologie, CeRIES – Université de Lille SHS

Sophie Richelle, Postdoctorante, Postdoctorante, Histoire contemporaine, MMC/LIEU – Université de Bruxelles

Mathilde Rossigneux-Méheust, MCF, Histoire contemporaine, LARHRA – Université Lumière Lyon 2

Martin Sarzier, Doctorant, Sociologie, CESSP – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Béatrice Touchelay, PR, Histoire contemporaine, IRHiS – Université de Lille SHS